lundi 01 mai

quelques jours avec Yayé

60 HEURES FRINGANTES

Vendredi matin… Je ne suis pas certain que Marie-Alice comprenne tout mon état d'excitation. Les Cowboys à Bruxelles, pour moi, c'est quelque chose… Mais bon, elle ne connaît que les cd. Tu vois voir ma belle… Ça va être géant, je le sens. Je suis heureux de pouvoir passer te prendre ce vendredi plutôt que demain matin. Steph' the French, sa blonde et Miaou arrivent demain vers 11 heures. On sera pas trop de deux pour déboxonner la maison, surtout que le lave-vaisselle déconne grave, qu'il y a les courses à faire et qu'il faut préparer les chambres. Tout ça me met dans un état! J'ai 39° de fièvre. L'éventuel changement de boulot, la recherche d'une maison à acheter, les soucis du quotidien, j'ai accumulé trop de stress ces temps-ci, je le paie.

Vendredi aprème… J'appelle le Bota… Coup de bluff… On me file le numéro de la représentante de la maison de disques. Mademoiselle Mailleux (ou Mahieu, on connaît pas l'orthographe au téléphone. Charmante. Je me présente comme responsable belge des Cousins. Le travail de fond de Bruno, qui bosse sans relâche pour faire connaître l'association, pour nous crédibiliser, porte ses fruits (te rendrons-nous suffisamment hommage, mon ami?). Toujours est-il que les CF acceptent immédiatement de nous voir. On est connus et reconnus. Nous sommes devenus des interlocuteurs sérieux (me connaissent pas! hihi) Promesse d'un coup de fil, on aura notre entrevue avant le show

Samedi matin… Physiquement, la fièvre est tombée. Levé de bonne heure. Steph' va arriver, faut aller faire les courses au supermarché. Je fais une moussaka ou des pâtes aux lardons? Dans le doute, je prends de quoi faire les deux. On verra. Des pintes et de la Saint Feuillien (coucou Gwen!) aussi. Faut assurer l'essentiel. Je me croque le dos en ramassant mon panier. La caissière me voit devenir blanc comme un linge. Ça va aller quand même. Petit coup de fil à Steph. Il vient de passer Valenciennes, je lui rappelle l'itinéraire.

Samedi midi… Steph m'appelle. Il a pris la mauvaise sortie d'autoroute, ce con. J'ai pourtant été clair. Enfin… On se démerde. Un programme à lui tout seul, ce mec. BenQ et moi côte à côte, on se cache derrière lui. Genre Hulk, mais en moins fâché. Sandrine, sa blonde, sympa, craquante. Miaou, fondante comme un chocolat sur la langue, belle comme un matin de printemps ensoleillé et j'arrête là sinon je vais passer pour un vieux pervers. On va faire une belle équipe eux trois, Marie-Alice (belle comme tous les matins du monde, qu'ils soient pluvieux ou ensoleillés, neigeux, brumeux ou n'importe comment) et moi. Arrivée à la maison, installation, apéro. La descente de Steph, je voudrais pas la remonter à vélo. Mon dos me fait un mal de chien, mais je dis rien, pas gâcher leur journée.

Samedi aprème… Départ pour Bruxelles. Il fait soleil, mais frais. On boit quand même un coup en terrasse. On est parti trop tard pour la visite de la Grand-Place. Ce sera pour une prochaine fois. Vu qu'on a décidé de devenir amis et de s'aimer longtemps, on aura des occases. Rencontre de quelques Cousins ou assimilés au Biercircus (les assimilés, adhérez, bordel!). On se rend vers la salle à l'heure fixée par Mademoiselle Mailleux (ou Mahieu, parce qu'au téléphone, l'orthographe…) Les portes sont barrées. Début de panique, j'appelle… La Demoiselle vient carrément nous chercher. Steph et moi par l'entrée des artistes!!! L'espace réservé aux artistes est sobre, mais très cool. Mon dos m'arrache des larmes que je ravale. Rencontre avec Karl, Dom et Jérôme. Je déleste mon sac à dos de 3 litres de ce nectar brassé dans le village voisin. Mademoiselle Mahieu (ou Mailleux, vous savez, moi, le téléphone…) s'empare de ma grande affiche du Zénith et me la renverra par la poste. On jase à cinq, je fais ma demande spéciale. Pas le temps de faire l'interview "rien que pour les Cousins". En effet, au bout de 15-20 minutes, en bon cerbère qu'elle est (chacun fait son métier), Mamzelle Mayeux (ça s'écrit comment encore?) nous éloigne. J-F mange ses frites à la cafétéria. Nous on se fait un sandwich face à la salle.

Samedi début de soirée… Mon dos va me tuer, mais je fais bonne figure. Groupe de première tellement oubliable que j'ai déjà oublié. Et puis…

Samedi soir… "PAPARAPAPARAPARAPAPARAPARAPAPARARAAAA!" Ti Cul déchire la brume. C'est parti les aminches. On va s'en virer une câliss'! Pour mon poster par la poste, c'est râpé. Dom me le remet en mains propres en montant sur scène. Le show est nerveux, c'est compact, c'est bétonné. Ils ont l'air si heureux d'être là à soir. Caro, Sansan, Bruno, Gwen et BenQ me manquent. Je suis sûr qu'ils aimeraient. Bruxelles a des fois de ces parfums… Show de feu. Mon dos s'en va, je suis obligé d'aller m'asseoir. Mort de douleur. En plus, ça secoue pas pire. Je rate 90 % de mes photos. Bambre slamme. Je garroche mon chandail "Zénith" sur la scène. Sunny récupère et botte en touche. Qui a mon chandail? Marie-Alice se met en recherche. "C'est le t-shirt de mon mec!". Je finis le show en bédaine, total délire. Karl semble avoir du mal à finir la job. Il a l'air foncedé. Se plante dans les tempi, chante trop haut. On s'en fout. Les Cowboys allument une dixième boule à l'Atomium. Je tiens plus debout, blanc comme un linge, mon dos est mort. Pis v'là-t'y pas que retentissent les premiers accords de "Goldie" après une dédicace rien qu'à moi et une appréciation de la St-Feuillien (Gwen, mon ami, y a encore la quille de 6 litres à la maison)? Je reprends vigueur, pas bien longtemps. Faut m'asseoir. Je trouve une bonne vue quand même. Chaque instant est savoureux. J-F m'offre un clin d'œil perso au micro (et tout ça, je le répète, c'est à Bruno et à son travail inlassable qu'on le doit), David s'empare de mon appareil et photographie le public. C'est fini. Je suis fou. Je tiens à peine sur mes cannes. Les gens à la sortie doivent se dire que y a un malheureux handicapé qui est venu au show. Papotage avec des Cousins rendus sur place. Les lits sont réservés pour Dour, mais on peut faire Camping Ste-Germaine dans le jardin sans souci.

Biercircus, on s'assoit, on boit des coups. Les deux me font du bien, j'avais la langue sèche comme une pierre à briquet. Mon dos commence à aller mieux. Retour vers la salle. DJ champion mérite bien son appellation. Lui, 1 basse et 4 grattes. Pourquoi reste-t-il si peu de monde? Ça le fait à mort. Dom semble apprécier. On s'en boit une et superphoto. Faut reprendre la route. Heureusement que c'est pas moi qui chauffe.

Dodo vers 4 h du mat'.

Dimanche matin… Levé vers 9 heures (je ne dors jamais beaucoup) Douche, préparer le café, le pain, les confitures, le jambon et le fromage… Sandrine émerge la première, suivie du Steph et de Marie-Alice. Sandrine nique 45.000 euros de vaisselle, on balaie, on remplit la poubelle et on rit. Ça réveille Miaou. On voit deux petits trous derrière les lunettes. Ça doit être ses yeux, mais on n'est pas sûrs. Apéro pour faire bonne mesure. J'opte pour les pâtes aux lardons et champignons. On veut regarder le dvd "Centre Bell", mais il est chez Marie-Alice. C'est poche. Steph part à la sieste…

17.30… C'est fini, tout le monde s'en va, les yeux pleins d'étoiles filantes. Je reconduis Marie-Alice à Roubaix (ou Miaou a aussi vu les 3 Accords, mais on se connaissait pas, onc on s'est ratés) et je rentre, un peu down.

Lundi 1er mai … J'écris tout ça, plein d'amour, de joie, de tristesse que ce soit fini. Vivement juillet!

Posté par cousinsfringants à 13:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur quelques jours avec Yayé

Nouveau commentaire